« kernel panic » : Faites paniquer votre noyau Linux

Comment provoquer un "kernel panic" ?

Sous Linux, un « crash » du noyau peut être déclenché volontairement en utilisant les puissantes « Magic Keys« .

La première étape consiste à les activer sous peine de voir votre système vous répondre :

Jul 29 22:48:21 cixi kernel: [  385.410739] SysRq : This sysrq operation is disabled.

L’activation est effectué via la clé « /proc/sys/kernel/sysrq » :

22:50:43 cixi ~ # echo 1 > /proc/sys/kernel/sysrq

Une fois les « Magic Keys » activées, la séquence :

Ctrl + Alt Gr + Imp écr + c

où « Imp écr » = « Imprime écran », « Syst » ou « Print Screen », provoque un « kernel panic ».

Si vous n’êtes pas devant le clavier de la machine, vous obtiendrez le même résultat en inscrivant un « c » dans « /proc/sysrq-trigger » :

23:12:29 cixi ~ # echo c > /proc/sysrq-trigger
  • A quoi ça sert au fait ?
  • A tester la réaction de votre système face à un « vrai » problème, à tester votre watchdog en situation réelle, etc.

    2 réflexions au sujet de « « kernel panic » : Faites paniquer votre noyau Linux »

    1. Genial, merci, j’ai essayé plein d’autres choses y compris des compil de modules buggés et corrompu, avec des resultats pas toujours efficaces. Ca au moins, c’est simple, efficace et elegant ! Surtout, don’t pannic! 😉

      1. En effet, trouver « simple », « efficace » et « élégant » dans une phrase consacrée à un « kernel panic » est assez impressionnant… 🙂 Y’a pas à dire, il est vraiment fort cet OS… 😀

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *